Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 323

 

Revue 323 Page 001Août 2018

Gend Info n° 402


Gendinfo 402

Juin 2018

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

09-2003-06-013 .jpg

Accès rédacteur

Qui est en ligne ?

Nous avons 223 invités et aucun membre en ligne

000 ecole dijonPour la 2e année consécutive, le congrès 2019 des Amis de la Gendarmerie se tiendra en province. Il aura lieu les 15 et 16 juin 2019 à l’école de Gendarmerie de Dijon.

L’école de gendarmerie de Dijon, qui a ouvert ses portes le 1er septembre 2016, et le tout nouveau centre national de formation à la sécurité publique (CNFSP), justifient bien que nous y tenions notre congrès 2019. Le vendredi 14 juin 2019 sera réservé à l’accueil des participants, avec une soirée libre ou des réunions à thème. Samedi 15 juin en matinée, les congressistes visiteront l’école et le CNFSP. À l’issue du déjeuner, se tiendra une réunion des délégués, l’assemblée générale ordinaire avec la présentation des rapports d’activité et financier, puis les élections, suivies d’une assemblée générale extraordinaire visant à valider une modification des statuts. En soirée, un dîner et une animation festive sont prévus. Dimanche 16 juin, après une réunion des délégués, aura lieu la clôture officielle du congrès, avec le discours de clôture du président national, les interventions des autorités, le discours du directeur général ou de son représentant, des remises de récompenses et la cérémonie d’hommage aux morts sur la place d’armes. Un cocktail déjeunatoire clôturera de manière conviviale le congrès annuel.

Conformément aux statuts et règlement intérieur de notre association, la publication dans la revue n° 325 du mois de février 2019 à paraître, vaut annonce préalable à tous les adhérents des assemblées générales (article 12). Les candidatures au conseil d’administration devront être déposées avant le 20 avril 2019 (réception au siège). Il est rappelé que l’assemblée générale est composée des administrateurs, des délégués intercomités et des représentants des comités (leurs délégués), ces derniers représentent l’ensemble des adhérents. Des accompagnateurs peuvent assister au congrès dans les mêmes conditions que les années passées.

000 ravivage flammeLe 4 décembre 2018, les Amis de la Gendarmerie ont répondu nombreux à l’appel du président du comité de la Flamme pour le ravivage de la flamme du soldat inconnu, après les dégradations du 1er décembre dernier. Le comité de Maisons-Alfort était fortement représenté avec son président et de nombreux élus.

En sa qualité de président du Comité de la Flamme et de président du Comité national d’entente des associations patriotiques, le général d’armée (2s) Bruno DARY a invité toutes les associations du monde combattant avec leur président, leur porte-drapeau et les adhérents disponibles, à venir à l’Arc-de-Triomphe le 4 décembre, pour raviver ensemble la Flamme. Le but de ce rassemblement était d’affirmer solennellement notre attachement à ce symbole fort de la Nation. Il s’agissait également de montrer notre cohésion et de rappeler notre détermination à être en mesure de défendre la « dalle sacrée », si une situation aussi triste se renouvelait.

Les Amis de la Gendarmerie étaient présents nombreux autour de leur secrétaire générale adjointe Michèle MERY et de leur drapeau, porté pour la circonstance par Gérard DECAYEUX. Le comité de Maisons-Alfort était particulièrement représenté avec son président, Pascal LEJEUNE, mais également monsieur Olivier CAPITANIO, maire de Maisons-Alfort et conseiller départemental, et monsieur Jean-Luc CADEDDU, maire adjoint chargé des anciens combattants et des affaires militaires, tous deux adhérents au comité de Maisons-Alfort.

000 salon littéraire reduit Comme les années précédentes, notre association a souhaité soutenir la 125e promotion de l’EOGN, organisatrice d’un salon littéraire regroupant cinquante auteurs et artistes le 17 novembre 2018. Étaient notamment présents, le général d’armée Jacques (2s) MIGNAUX, ancien directeur général de la gendarmerie nationale et le général d’armée (2s) Jean-Régis VECHAMBRE, ancien inspecteur général des armées-Gendarmerie. Notre association a bénéficié du concours d’un de ses membres mécènes, en la personne de Norbert FARACO.

Notre association a pour vocation première de faire connaître et soutenir la gendarmerie. C’est donc tout naturellement qu’elle a apporté un soutien financier important à la 125e promotion, se faisant ainsi connaître des futurs cadres de la gendarmerie. Cet engagement a bénéficié de la contribution d’un de nos adhérents, membre mécène pour la 2e année consécutive, Norbert FARACO, directeur du centre E.Leclerc du Luc-en-Provence, lui-même directeur d’une maison d’édition visant à faire connaître les auteurs provençaux. Les Amis de la Gendarmerie étaient représentés par le général de corps d’armée (2s) Jean COLIN, président national, le lieutenant-colonel (er) Christian BARTHE, président du comité de Melun-EOGN, le lieutenant-colonel (er) René CASCALES, délégué auprès des promotions, et monsieur Frédéric LEPENDU, président du comité de Meaux. Ils ont eu le plaisir d’accueillir sur leur stand le général Christian BOYER, commandant l’EOGN, et le sous-lieutenant Christian DURDILLY, président de la 124e promotion. Le général d’armée (2s) Jacques MIGNAUX, ancien directeur général de la gendarmerie nationale et fort soutien de notre association, était présent en tant qu’auteur, se prêtant aimablement à la dédicace de son premier roman « Avant que leurs traces ne s’effacent ». Le général d’armée (2s) Jean-Régis VECHAMBRE, ancien inspecteur général des armées-Gendarmerie et membre bienfaiteur, y assistait en sa qualité de président de la société nationale de l’histoire et du patrimoine de la gendarmerie - société des amis du musée de la gendarmerie.

Le salon littéraire et artistique organisé par les élèves de l’EOGN met en exergue la place importante qu’occupe la culture littéraire au cours de leur formation. Il offre l’opportunité au public, depuis la tenue de sa première édition, il y a trois ans, de découvrir la Gendarmerie et les multiples talents littéraires qui s’expriment en son sein, ou à son propos. Placé cette année sous le thème de la fiction historique et intitulé “L’histoire au fil des pages”, le salon a proposé aux visiteurs de plonger dans les méandres de l'Histoire au travers d'ouvrages dont l'intrigue se déroule à différentes époques. Romans d’aventures, thrillers historiques, contes, bandes dessinées et autres récits ont été mis à l’honneur. Par ailleurs, le musée a accueilli des auteurs jeunesse, des photographes et des dessinateurs, qui sont venus compléter la palette artistique des œuvres accessibles au public. Enfin, la présence d'historiens et leur participation à une table-ronde a permis de confronter leurs regards à ceux des romanciers et autres auteurs de fictions.

000 revue 324La police judiciaire, pôle d’excellence de la Gendarmerie et mission essentielle à la paix publique, a justifié qu’on la traite en deux dossiers. Après avoir présenté les différents acteurs et les missions de la police judiciaire dans la revue du mois d’août, nous consacrons la revue 324 du mois de novembre aux appuis judiciaires.

La première partie du dossier montre l’évolution de la criminalistique qui a conduit au développement des appuis judiciaires, outils essentiels au service de l’enquête. Ainsi, la police technique et scientifique et les traitements informatiques sont devenus essentiels à l’élucidation des enquêtes, dans un contexte de délinquance de masse. La coopération entre la police et la gendarmerie s’est renforcée, elle a donné lieu à engagement commun dans les offices centraux, et à la création de groupes d’intervention régionaux. Parallèlement, la coopération internationale, la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité, ou la création de juridictions spécialisées, sont autant d’initiatives qui contribuent à la performance de la police judiciaire.

La gendarmerie a mis en place de solides appuis judiciaires, organisés autour de la criminalistique, de la surveillance des malfaiteurs et de l’intervention. L’identification criminelle et l’analyse des données informatiques apportent un soutien local, départemental et national aux enquêteurs, avec un pôle de police judiciaire, pionnier en Europe. À côté d’eux, des enquêteurs de l’ombre constituent une chaîne d’observation et de surveillance, indispensable au recueil de l’information et à l’intervention. Enfin, dans le haut du spectre, la gendarmerie s’investit au sein des offices centraux et a la responsabilité de quatre d’entre eux, dédiés à la lutte contre le travail illégal organisé, la délinquance itinérante, les atteintes à l’environnement et à la santé publique, mais aussi les crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Avec la présentation des deux volets consacrés à la police judiciaire, notre revue illustre les propos du directeur général de la gendarmerie nationale qui estime que « Science et technologie, mais aussi humanité et contact sont deux aspects d’une mission tellement célèbre et pourtant tellement mal connue ».

Outre le dossier, la revue 234 fait un point sur la sécurité des mobilités qui est l’un des quatre axes stratégiques du directeur général pour 2018. Elle consacre deux zooms, l’un au centre d’entraînement et de simulation au commandement opérationnel, mis en place à l’EOGN, l’autre au commandant de communauté de brigade. Enfin, la partie associative illustre le dynamisme de notre association, avec plusieurs créations de comités et l’installation de nouveaux présidents de comité.

000 concert parlementairesMercredi 10 octobre 2018 les Amis de la Gendarmerie accueillaient au mess des Célestins un groupe de parlementaires adhérents de l’association, autour du directeur général de la gendarmerie nationale et de ses principaux collaborateurs.

Pour répondre à sa vocation de mieux faire connaître la Gendarmerie, notre association porte une attention toute particulière aux élus et, parmi eux, aux parlementaires. C’est pour cela que chaque édition de la revue trimestrielle est envoyée à tous les députés et sénateurs, en vue de leur apporter une information spécifique sur la Gendarmerie nationale. Au regard de cette action de rayonnement, de nombreux parlementaires ont décidé de rejoindre les Amis de la Gendarmerie pour les encourager et les soutenir. Afin d’exprimer notre reconnaissance, nous les avons invités à une soirée musicale, à laquelle était également invités le directeur général et les principaux responsables de la direction générale de la gendarmerie nationale.

C’est au cercle mixte de la Garde républicaine, au quartier des Célestins à Paris, que le président national et le président honoraire, entourés du conseil d’administration et de présidents des comités concernés, ont accueilli les vingt deux parlementaires et collaborateurs ayant répondu à l’invitation. Après un mot d’accueil, auquel a aimablement répondu le directeur général, la cinquantaine de convives a pu écouter le récital d’un groupe de choristes du chœur de l’armée française. L’objectif était de mieux faire connaître cette formation musicale de la Garde républicaine. A l’issue de cette représentation de qualité, les députés et sénateurs ont pu échanger avec les responsables de la direction générale et les cadres de l’association, à l’occasion d’un « mange-debout » préparé par l’équipe dévouée du cercle mixte des Célestins. Modernité, proximité et service à la population étaient au cœur des conversations.

Actualités régionales