Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 323

 

Revue 323 Page 001Août 2018

Gend Info n° 402


Gendinfo 402

Juin 2018

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

04-2003-05-086.jpg

Accès rédacteur

Qui est en ligne ?

Nous avons 172 invités et aucun membre en ligne

000 revue 324La police judiciaire, pôle d’excellence de la Gendarmerie et mission essentielle à la paix publique, a justifié qu’on la traite en deux dossiers. Après avoir présenté les différents acteurs et les missions de la police judiciaire dans la revue du mois d’août, nous consacrons la revue 324 du mois de novembre aux appuis judiciaires.

La première partie du dossier montre l’évolution de la criminalistique qui a conduit au développement des appuis judiciaires, outils essentiels au service de l’enquête. Ainsi, la police technique et scientifique et les traitements informatiques sont devenus essentiels à l’élucidation des enquêtes, dans un contexte de délinquance de masse. La coopération entre la police et la gendarmerie s’est renforcée, elle a donné lieu à engagement commun dans les offices centraux, et à la création de groupes d’intervention régionaux. Parallèlement, la coopération internationale, la lutte contre le terrorisme et la cybercriminalité, ou la création de juridictions spécialisées, sont autant d’initiatives qui contribuent à la performance de la police judiciaire.

La gendarmerie a mis en place de solides appuis judiciaires, organisés autour de la criminalistique, de la surveillance des malfaiteurs et de l’intervention. L’identification criminelle et l’analyse des données informatiques apportent un soutien local, départemental et national aux enquêteurs, avec un pôle de police judiciaire, pionnier en Europe. À côté d’eux, des enquêteurs de l’ombre constituent une chaîne d’observation et de surveillance, indispensable au recueil de l’information et à l’intervention. Enfin, dans le haut du spectre, la gendarmerie s’investit au sein des offices centraux et a la responsabilité de quatre d’entre eux, dédiés à la lutte contre le travail illégal organisé, la délinquance itinérante, les atteintes à l’environnement et à la santé publique, mais aussi les crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Avec la présentation des deux volets consacrés à la police judiciaire, notre revue illustre les propos du directeur général de la gendarmerie nationale qui estime que « Science et technologie, mais aussi humanité et contact sont deux aspects d’une mission tellement célèbre et pourtant tellement mal connue ».

Outre le dossier, la revue 234 fait un point sur la sécurité des mobilités qui est l’un des quatre axes stratégiques du directeur général pour 2018. Elle consacre deux zooms, l’un au centre d’entraînement et de simulation au commandement opérationnel, mis en place à l’EOGN, l’autre au commandant de communauté de brigade. Enfin, la partie associative illustre le dynamisme de notre association, avec plusieurs créations de comités et l’installation de nouveaux présidents de comité.

000 concert parlementairesMercredi 10 octobre 2018 les Amis de la Gendarmerie accueillaient au mess des Célestins un groupe de parlementaires adhérents de l’association, autour du directeur général de la gendarmerie nationale et de ses principaux collaborateurs.

Pour répondre à sa vocation de mieux faire connaître la Gendarmerie, notre association porte une attention toute particulière aux élus et, parmi eux, aux parlementaires. C’est pour cela que chaque édition de la revue trimestrielle est envoyée à tous les députés et sénateurs, en vue de leur apporter une information spécifique sur la Gendarmerie nationale. Au regard de cette action de rayonnement, de nombreux parlementaires ont décidé de rejoindre les Amis de la Gendarmerie pour les encourager et les soutenir. Afin d’exprimer notre reconnaissance, nous les avons invités à une soirée musicale, à laquelle était également invités le directeur général et les principaux responsables de la direction générale de la gendarmerie nationale.

C’est au cercle mixte de la Garde républicaine, au quartier des Célestins à Paris, que le président national et le président honoraire, entourés du conseil d’administration et de présidents des comités concernés, ont accueilli les vingt deux parlementaires et collaborateurs ayant répondu à l’invitation. Après un mot d’accueil, auquel a aimablement répondu le directeur général, la cinquantaine de convives a pu écouter le récital d’un groupe de choristes du chœur de l’armée française. L’objectif était de mieux faire connaître cette formation musicale de la Garde républicaine. A l’issue de cette représentation de qualité, les députés et sénateurs ont pu échanger avec les responsables de la direction générale et les cadres de l’association, à l’occasion d’un « mange-debout » préparé par l’équipe dévouée du cercle mixte des Célestins. Modernité, proximité et service à la population étaient au cœur des conversations.

000 revue 323Le temps est venu de traiter un des volets majeurs de l’action de la Gendarmerie, à savoir la police judiciaire. Face à cette question de taille, tant le sujet est vaste, nous avons décidé de consacrer deux dossiers consécutifs à cette thématique. Ainsi, le premier dossier, objet de la revue n° 323  du mois d’août, présente les différents acteurs et les missions de la police judiciaire.

Après une présentation des principaux acteurs de la justice pénale (la direction des affaires criminelles et des grâces, le procureur de la république, le juge d’instruction), ainsi que des fonctionnaires de la police nationale et des douanes judiciaires, le dossier explique les cadres et les actes d’enquête. Il est ensuite question des faiblesses structurelles de la police judiciaire, avant de donner la parole au chef d’escadron Jérôme Barlatier, auteur d’une thèse sur le management de l’enquête, visant à perfectionner la pratique des professionnels. La réforme de la procédure pénale en cours est analysée au regard des enquêteurs et des professionnels de la justice. Enfin, un tour d’Europe de la police judiciaire achève la partie générale de ce dossier. Les unités territoriales et spécialisées de la gendarmerie, nous font ensuite partager leur goût pour l’investigation et la recherche de la vérité et illustreront l’engagement et la performance de la gendarmerie nationale dans ce domaine.

Mais cette nouvelle édition de notre revue fait également le point sur la capacité de gestion de crise de la gendarmerie, suivie d’une réflexion d’un commandant de région sur l’éthique du gendarme dans l’action contre la violence. Après un zoom sur les bonifications entrant dans le calcul des retraites des militaires engagés en opérations outre-mer et à l’étranger, une place est consacrée comme d’habitude à l’action quotidienne des gendarmes. Enfin, la vie de l’association évoque le congrès annuel et le développement des comités locaux, dont les actions sont relayées dans le supplément à la revue. Cette édition vient d'être diffusée.

000 reception ministreSelon une tradition à présent bien établie, monsieur Gérard COLLOMB, ministre d’État, ministre de l’intérieur, a reçu le 10 juin 2018, les représentants des neuf associations formant l’Entente Gendarmerie. Il était accompagné du général d’armée Richard LIZUREY, directeur général de la gendarmerie nationale et du général Armando de OLIVEIRA, conseiller technique pour la Gendarmerie.

Parmi les associations liées à la gendarmerie et signataires de la charte, les neuf associations composant l’Entente, représentent notamment des retraités, des réservistes, des militaires d'active ou encore des amis de la gendarmerie. Elles comptabilisent dans leur ensemble plus de 60.000 adhérents. Cette première rencontre a permis d'évoquer de multiples sujets parmi lesquels le budget et les moyens alloués à la gendarmerie, y compris à sa réserve opérationnelle, l'avenir des retraites ou encore des sujets d'actualité récente.

Le général de corps d’armée (2s) Jean COLIN, président des Amis de la Gendarmerie a souligné l’insuffisance du budget de la gendarmerie au regard des missions qui lui sont confiées. La baisse de 30 % des crédits alloués à la réserve et le décalage entre les 100 M€ consacrés à l’immobilier domanial et un besoin minimal de 300 M€ a été signalé. Le président national a également évoqué l’indépendance des associations vis-à-vis de la DGGN et salué la qualité des applications informatiques « métiers » portées par le service des technologies et des systèmes d'information de la Sécurité intérieure, développées par des équipes mixtes de professionnels de la sécurité intérieure et d’informaticiens. Le contraste est flagrant avec les résultats en demi-teinte, voire les échecs, des grandes applications ministérielles ou interministérielles (Louvois, ONP, SIV, FAETON).

000 reunion entente juillet 2018Afin de préparer la réception des associations de l’Entente Gendarmerie par le ministre de l’intérieur le 10 juillet prochain, les représentants des associations membres se sont réunis le 5 juillet 2018 à la caserne Tournon de la Garde républicaine.

L’entente Gendarmerie rassemble neuf associations se reconnaissant dans les valeurs portées par la Gendarmerie nationale. S’agissant d’un regroupement informel, l’Entente n’a pas de président en titre, mais les associations qui la composent assurent à tour de rôle le secrétariat. Le président de la Fédération nationale des retraités de la gendarmerie, Jean-Claude FONTAINE exerce actuellement cette fonction.

Bien qu’elles n’aient pas d’attributions en matière de condition militaire, contrairement aux structures de concertation et aux associations professionnelles nationales de militaires, elles sont régulièrement reçues par le ministre de l’intérieur pour évoquer des questions relevant de leur objet. C’est ainsi qu’elles seront reçues par monsieur Gérard COLLOMB, ministre d’État et ministre de l’intérieur le 10 juillet prochain.

Actualités régionales