Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Gend Info n° 412


Gendinfo 412 gie large

Novembre 2019

06-2003-01L-030.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 551 invités et aucun membre en ligne

GD 1Le groupement est l’échelon de commandement de la gendarmerie départementale (GD) au niveau d’un département. Il est subdivisé en compagnies de GD. En règle générale, on trouve une compagnie par arrondissement. Celles-ci sont divisées en brigades territoriales réparties sur le territoire selon une logique de proximité. Ces brigades peuvent fonctionner de manière autonome, elles portent alors le nom de brigades territoriales autonomes (BTA), ou être organisées en communautés de brigades (CoB) regroupant deux ou plusieurs brigades de proximité.

L’action des unités territoriales est complétée par celle de diverses unités à vocation particulière : les brigades départementales de renseignement et d’investigations judiciaires (BDRIJ), les brigades de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ), les escadrons départementaux de sécurité routière (EDSR) et les unités nautiques qui dépendent du groupement, les pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) et les brigades de recherches (BR) rattachées aux compagnies.

SR2Les sections de recherches (SR) sont des unités spécialisées de police judiciaire directement rattachées aux régions de gendarmerie. Elles apportent leur concours aux unités territoriales dans le domaine judiciaire et effectuent des enquêtes nécessitant une haute qualification ou des investigations prolongées. Elles sont composées d’enquêteurs spécialisés de haut niveau. Certaines comportent un groupe d’observation et de surveillance (GOS) venant en appui pour des missions nécessitant une forte qualification en la matière.

Les SR sont compétentes sur la cour d’appel dans laquelle elles sont implantées.

Brigade numeriqueLa gendarmerie nationale a mis en place en 2018 une brigade numérique basée à Rennes, chargée de traiter les « sollicitations non urgentes » des internautes, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Le citoyen peut ainsi, depuis l’interface de son choix (smartphone, tablette, ordinateur…), contacter en permanence la gendarmerie.

C’est avant tout une nouvelle offre de services, en réponse aux besoins et aux attentes des usagers, dont les comportements ont changé dans une société où l’hyper connectivité a bouleversé les usages et les réflexes (rendez-vous, relations entre individus, achats en ligne…).

La brigade numérique résulte d’une démarche innovante, dont l’objectif est de proposer aux usagers un contact simplifié, enrichi et rénové avec la gendarmerie nationale, en tout lieu et en tout temps, pour répondre à leurs interrogations. Elle n’a toutefois pas vocation à traiter les urgences qui restent de la compétence des plateformes des services idoines (17, 18, 15 et 112).