Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 325

 

Revue 325Février 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

02-2003-19-173.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 152 invités et aucun membre en ligne

61 4 GhesquiereLe major Christian GESQUIERE a répondu à l’appel de la déléguée inter-comités pour le Calvados, la Manche et l’Orne, afin de créer, dans ce département de fort développement pour notre association, un quatrième comité des Amis de la Gendarmerie.

«Rentré en gendarmerie au siècle dernier (!), en 1978, j’avais découvert cette arme dès mon plus jeune âge. J’ai traversé ces 40 dernières années au sein de notre institution avec les évolutions magistrales que nous connaissons, de la patrouille en « 4L » à la police scientifique et « Néogend ». J’ai servi avec grand intérêt et une grande envie de m’adapter. En 2019, au terme de ma carrière, atteint par la limite d’âge, je vais « tirer ma révérence » et quitter mes fonctions avec une profonde émotion. C’est au sein de l’association des « Amis de la Gendarmerie » et par un « mercato » persuasif de Liliane GOYCETA, que j’ai postulé à la présidence de ce nouveau comité qui est à lancer. »

Le major GESQUIERE a eu une carrière bien remplie. Il débuta comme gendarme auxiliaire au PSIG de Dunkerque, puis servit successivement à l’escadron de gendarmerie mobile 6/2 de Melun, dans les brigades de Chaumes-en-Brie et de Lizy-sur-Ourcq en Seine-et-Marne, avant d’être affecté au centre d’entraînement des forces de la gendarmerie nationale à Saint-Astier. Il effectua ensuite une carrière de gradé dans l’Orne, comme commandant des brigades de Carouges et de Mortagne-au-Perche, puis comme adjoint au commandant de compagnie, avant de prendre le commandement du PSIG de Mortagne-au-Perche et, jusqu’à aujourd’hui, celui de la brigade de L’Aigle.

Actualités régionales