Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 321

 


vignetteFévrier 2018

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

07-2003-06-154.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 116 invités et aucun membre en ligne

91 steleLe comité de l’Essonne des Amis de la Gendarmerie a pris en charge la rénovation de la stèle élevée à la mémoire du brigadier DORMOY d’Angerville. Le monument restauré a été inauguré le 10 mars 2018 par les autorités civiles et militaires en présence de nombreux élus.

A l’initiative de son président, monsieur Philippe ALLAIRE, le comité des Amis de la Gendarmerie de l’Essonne a fait rénover la stèle élevée à la mémoire du brigadier DORMOY, gendarme à Angerville, qui fut tué en service commandé en 1912, en bordure de la RN 20 à proximité du hameau de Mondésir, par un bandit de la Bande à BONNOT. Cette action s’inscrit dans le cadre du devoir de mémoire auquel sont attachés les Amis de la Gendarmerie.

L’inauguration du monument restauré s’est faite en présence de madame VILMUS, sous-préfète d’Étampes, du colonel MICHELET, commandant le groupement de gendarmerie départementale de l’Essonne, ainsi que de nombreux élus et représentants des unités de gendarmerie, des pompiers et des anciens combattants. L’hommage au brigadier DORMOY s’est poursuivi par un dépôt de gerbes au monument aux morts de la gendarmerie à Angerville. Les Amis de la Gendarmerie sont fiers d’avoir pu contribuer à faire connaître le sacrifice du brigadier DORMOY à travers cette action concrète de soutien, menée par le comité de l’Essonne.

000 IHEDN EuromedDans sa lettre n°75 de mars 2018, Euromed-IHEDN annonce un nouveau partenariat avec notre association. Ce projet est le fruit d’une initiative de Catherine FERIOLI-GAVENC, administratrice nationale et vice-présidente du comité de Paris-Moncey, et d’Emmanuel LENAIN, président du comité du Val-d’Oise,

En fin d’année 2017, le comité Moncey et le comité du Val-d’Oise ont concrétisé un partenariat avec EuRoMEd-IHEdN afin de faire bénéficier les adhérents de chaque entité des conférences qu’elles organisent. Le comité Moncey regroupe notamment des hauts-fonctionnaires, des militaires de haut rang et des hauts responsables du secteur privé qui ont en commun d’apprécier la Gendarmerie. Il organise les « rendez-vous de Moncey », conférences de haut niveau qui abordent des thèmes généraux de sécurité intérieure ou de défense, comme le terrorisme ou la cybersécurité.

Dans sa lettre Euromed-IHEDN explique à ses adhérents que Les Amis de la Gendarmerie est une association créée en 1932 pour promouvoir « la présence et le prestige de la Gendarmerie », ce qui est encore sa devise aujourd’hui. Elle est ouverte à toute personne qui se reconnait dans les valeurs de la Gendarmerie nationale et qui veut les porter, les défendre et les transmettre. Reconnue d’intérêt général par l’administration fiscale, elle n’est donc pas une association catégorielle de gendarmes ou d’anciens gendarmes. Les amis de la Gendarmerie ont pour vocation principale de faire connaitre, faire apprécier et soutenir la Gendarmerie nationale au sein de la société civile. Ses adhérents viennent de tous les domaines de la société. Ils sont répartis dans un vaste réseau de comités locaux, souvent plusieurs par département. Des comités « Junior » ont vocation à accueillir les étudiants et les jeunes actifs de moins de 35 ans. L’association édite une revue trimestrielle qui apporte à ses adhérents une information de qualité sur la gendarmerie aujourd’hui et qui lui permet de rayonner vers l’extérieur, notamment vers les parlementaires et les relais d’opinion. Elle est présente sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook.

75 2 conference medicamentLe docteur Jean-Michel LICHTENBERGER, qui préside le centre médical international, incluant en son sein le centre de vaccinations international Air France, est intervenu le lundi 12 février 2018 dans le cadre des « Rendez-vous de Moncey », sur deux thèmes de santé publique : les vaccinations du voyageur et le fléau des faux et mauvais médicaments. Outre les membres du comité de Paris-Moncey, de nombreux adhérents des autres comités d’Île-de-France ont répondu à l’invitation de Frédérique MIGNAUX, présidente du comité de Paris-Moncey, pour participer à cette soirée fort instructive.

Maintenant que tous devront recevoir 11 vaccinations peu après la naissance, tous seront-ils protégés pendant leurs voyages ? Assurément non car, il existe des maladies qui ne sont pas ou plus un problème chez nous, mais le sont encore ailleurs, et contre lesquelles il faut se protéger. Alors que faut-il faire en fonction de sa destination, de ses conditions de séjour, de la durée de son voyage ? Quels sont les éléments de réflexion et les critères de choix ? C’est à toutes ces questions que le conférencier s’est efforcé d’apporter des réponses claires et argumentées.

Monsieur LICHTENBERGER, se référant notamment aux recherches menées par l’organisation mondiale de la santé, a montré que le marché des faux ou mauvais médicaments connaissait depuis quelques années un développement préoccupant, en termes de santé publique. Sont plus particulièrement exposées les populations des pays à revenus faibles ou intermédiaires, dans lesquels l’accès aux soins est onéreux. Mais pas uniquement, dans la mesure où beaucoup de médicaments achetés sur internet sont des faux. En 2014, une étude de l'Alliance européenne pour l'accès à des médicaments sûrs (EAASM) pointait le fait que 62 % des médicaments achetés dans le monde sur internet seraient des contrefaçons. De véritables réseaux de criminalité organisée sont derrière ces trafics qui génèrent des profits considérables. Ceux-ci sont, en comparaison, nettement moins risqués que les trafics de drogue, dans la mesure où beaucoup de pays n’ont pas de services de contrôles ad hoc, voire pas de législation adaptée. Une prise de conscience au niveau international est en train de s’opérer et l’on peut espérer que la lutte contre ce fléau ira en s’améliorant. Mais il faudra, dans le même temps, que les populations à faibles revenus puissent disposer de médicaments à faibles coûts.

94 2 retour cartesDans le prolongement de l’envoi des cartes de Noël aux gendarmes de l’escadron déplacé durant les fêtes de fin d’année, une rencontre a été organisée par le président du comité Val-de-Marne Ouest, Michel FOUCAULT, entre les enfants, leurs enseignantes et un représentant de l’escadron 26/1.

C’est accompagné du major DAB, représentant son escadron, que le président du comité Val-de-Marne Ouest est venu à la rencontre des enfants de l’école Saint-Exupéry de Maisons-Alfort. Ceux-ci avaient, en décembre dernier, confectionné les cartes pour les gendarmes de Maisons-Alfort partis en mission en Guadeloupe. Tous les membres de l’escadron, agréablement surpris par cette initiative, ont tenu à répondre personnellement et nominativement aux enfants. C’est donc après une récréation que l’ensemble des élèves a été réuni sous le préau.

En présence des enseignantes et du directeur de l’école, après avoir remercié les participants, le président du comité a cédé la parole au major, porte-parole de sa hiérarchie et de ses camarades. Ce dernier était venu apporter les cartes de réponse des gendarmes aux enfants. Il a souligné la qualité des œuvres et la grande satisfaction des militaires à la réception des cartes. Les remerciements étaient à partager entre les élèves, leurs enseignantes qui avaient spontanément accepté de participer, et le directeur qui a été un facilitateur de la mise en place de cette opération. Après avoir répondu à un grand nombre de questions des enfants, démontrant leur intérêt pour l’arme, est venu le moment de la séparation, avec la promesse que, dans très peu de temps, ils seraient conviés à une visite du quartier Mohier, pour faire connaissance avec les gendarmes et découvrir leur environnement, cette rencontre devant se terminer par un goûter. Sans trahir de secret, pour cet événement, quelques belles surprises sont en train d’être concoctées par les gendarmes.

78 2 ci cavalerieLe 3 février dernier, Le chef d’escadron Philippe CELERIER, commandant du centre d’instruction de cavalerie de la Garde républicaine, accueillait les membres du comité de Saint-Germain-en-Laye pour une présentation du centre, suivie d’une visite commentée du quartier Goupil.

Étaient également présentes, les autorités municipales de Noisy-le-Roi et de Bailly, ainsi que la cheffe d’escadron Floriane ANTEGNARD, commandant de la compagnie de gendarmerie départementale de Saint-Germain-en-Laye, venue en famille comme de nombreux participants. Les visiteurs, dont certains passent régulièrement devant le quartier Goupil, n’avaient jamais imaginé le travail accompli derrière les grilles de ce « pôle d’excellence », qui assure, entre autre, le rayonnement de notre pays à l’international.

Le centre forme les gardes et les gendarmes amenés à assurer des missions de sécurité publique à cheval, ainsi que des militaires internationaux venus s’enrichir de l’expertise du centre. Il accueille, tout au long de l’année, 80 à 85 poulains français sur une période de 6 mois, assure leur « débourrage » et leur dressage. Les adultes et enfants, ont été particulièrement intéressés par la présentation du centre, l’explication de la technique du « débourrage » rapide et efficace, dans « l’allée du lapin », ainsi que par le cycle de ferrage, selon la technique des 3 marteaux, dans la maréchalerie. Enfin, les participants garderont en mémoire l'image de « Tornado », le cheval du porte-étendard du régiment. Après la visite, les participants et les membres du comité récemment créé, se sont retrouvés autour de la traditionnelle galette des Rois pour partager un moment très sympathique d’échange et de convivialité.

Actualités régionales