Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 325

 

Revue 325Février 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

01-07-19-22.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 219 invités et aucun membre en ligne

75 2 TouronLe comité de Paris-Moncey a organisé, le lundi 11 février 2019, une conférence prononcée par le général Patrick TOURON, commandant le Pôle police judiciaire de la gendarmerie nationale, installé à Pontoise intitulée « Les experts à l'IRCGN, toute une série d'épreuves ».

Accueilli par madame Frédérique MIGNAUX, présidente du comité de Paris-Moncey, devant une assistance nombreuse et passionnée, le général TOURON a tout d’abord rappelé quels étaient les principes fondamentaux sur lesquels s’appuient, depuis leur origine, les sciences forensiques. Il a insisté sur le fait que la démarche de tout expert en criminalistique, vise non seulement à aider et orienter l’enquête, mais aussi à apporter des preuves solides en vue du procès pénal.

Présentant l’Institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale, il a souligné ses spécificités. L’institut veut ainsi réunir sur un même plateau technique, une palette très complète d’expertises, ainsi qu’une capacité de projection sur les scènes de crime ou de catastrophes, en France comme à l’étranger. Évoquant les possibilités considérables qu’offrent les nouvelles technologies, souvent maîtrisées par le crime organisé, la cybercriminalité en est une bonne illustration, il a insisté sur l’impératif qu’il y a pour nos experts scientifiques de « rester dans la course », voire d’anticiper les nouvelles menaces, d’où l’enjeu de pouvoir travailler en équipes pluridisciplinaires, de partager leurs savoirs avec leurs collègues des autres laboratoires et instituts, et de pouvoir investir dans des équipements complexes et onéreux.

Actualités régionales