Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 325

 

Revue 325Février 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

09-2003-06-013 .jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 170 invités et aucun membre en ligne

54 concours résistance association amis gendarmerie réduiteLe 10 mai 2015, le colonel (er) Jocelyn TROUSLARD, président du comité de Meurthe-et-Moselle des Amis de la gendarmerie, a remis un prix à une élève particulièrement méritante du collège Joliot Curie de Dieulouard.

Cette remise des prix qui suscite, chaque année, un vif intérêt dans la cité ducale, s’est déroulée dans les salons de l’hôtel de ville de Nancy. Elle était placée sous l’égide du comité départemental d’organisation du concours de la Résistance et de la Déportation de Meurthe-et-Moselle. Le thème du concours 2014-2015 était : « La libération des camps nazis, le retour des déportés et la découverte de l’univers concentrationnaire ».

La récompense des lauréats a été précédée d’allocutions de monsieur Jean-Pierre PESSON, très dévoué secrétaire général du comité d’organisation et de monsieur Mathieu KLEIN, président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle. Parmi les autorités présentes figuraient monsieur Raphaël BARTOLT, préfet de Meurthe-et-Moselle, monsieur Laurent HENART, maire de Nancy, monsieur André ROSSINOT, président de la communauté urbaine du Grand Nancy, monsieur Gilles PECOUT, recteur de l’Académie de Nancy-Metz, monsieur l’ingénieur général Rémi WEBER, gouverneur militaire de Nancy, le colonel Nicolas CHAMBAZ, commandant la base de défense de Nancy et délégué militaire départemental de Meurthe-et-Moselle, et monsieur Jean-Luc STRUGAREK, directeur académique des services de l’éducation nationale. Trois députés de Meurthe-et-Moselle s’étaient également déplacés : madame Chaynesse KHIROUNI, monsieur Jacques LAMBLIN et monsieur Dominique POTIER auxquels s’étaient joints de nombreux élus, des chefs d’établissements et des familles de lycéens et collégiens.

575 élèves ont concouru et 52 prix ont été remis aux lauréats. Ceux-ci ont été appelés, selon un cérémonial parfaitement maîtrisé, par le colonel (er) Roland LEGRAND, président du comité d’organisation et par ailleurs membre éminent des « Amis de la Gendarmerie 54 », secondé brillamment par son épouse, madame Jocelyne LEGRAND, et par un grand acteur de la Résistance lorraine, monsieur Fernand NEDELEC. La remise de deux ouvrages sur la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale à l’élève méritante, Solène LE PRIOL, au titre des « devoirs individuels », par le comité 54 des Amis de la Gendarmerie s’est faite en présence du professeur Alain FONTAINE, vice-président du comité.

Il est à noter que le collège Joliot Curie de Dieulouard, à la grande satisfaction de monsieur Robert CURE, principal de l’établissement, de madame Stéphanie GRIMBERT, professeure, et de monsieur Henri POIRSON, maire de Dieulouard, a remporté, pour la 2ème année consécutive, le challenge récompensant l’établissement ayant réuni le plus grand nombre de lauréats en classe de 3ème (devoirs individuels).

Les Amis de la Gendarmerie, dont deux des objectifs sont de promouvoir les valeurs portées par la gendarmerie nationale, notamment le devoir de mémoire, et de les transmettre aux jeunes générations, ont toute légitimité pour être associés à cette remise des prix du concours de la Résistance et de la Déportation. En Meurthe-et-Moselle, nul ne peut ignorer le prix payé par la gendarmerie lors de la 2ème Guerre mondiale. Deux gendarmes de la brigade de Cirey-sur-Vezouze engagés dans la Résistance, Pierre HAXAIRE et Pierre MATH, sont morts, en février 1945, au camp de concentration de Dachau et le maréchal des logis-chef Jean COUPAYE, commandant de la brigade de Blâmont, très actif au sein des Forces Françaises de l’Intérieur, a été fusillé, après avoir été torturé, avec trois autres résistants, le 14 octobre 1944.

Actualités régionales