Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 323

 

Revue 323 Page 001Août 2018

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

10-2003-07-066.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 206 invités et aucun membre en ligne

31 BPDJ association amis gendarmerieInvités le 14 mars 2017 au siège de la région de gendarmerie par la brigade de prévention de la délinquance juvénile de Toulouse, une quarantaine d'adhérents ont pu découvrir au cours d'une présentation réaliste, comment  la consommation l'alcool et celle de  stupéfiants pouvaient être à l'origine de situations dramatiques.

Accueillis par le colonel HORUS, représentant le général CLOUZOT, commandant de la région de gendarmerie d'Occitanie et du groupement de la Haute-Garonne, les invités ont pu assister à une conférence  portant principalement sur les addictions à l'alcool et aux produits stupéfiants. Au cours de cet entretien, ils ont pu notamment mesurer les effets de ces substances sur les individus et l'amplification des risques engendrés selon les doses absorbées. Ainsi ils ont pu noter qu'en ce qui concerne l'alcool, les quantités absorbées de 0,80 g et 1,20 g par litre de sang, augmentaient  les risques d'accidents au volant  en les multipliant respectivement par 10 et par 35. Quant au cannabis, qui représente la drogue la plus consommée au sein de la jeunesse, certains ont été surpris d'apprendre que sa consommation laissait des traces détectables à vie sur certaines parties du corps humain. Par ailleurs l'absorption concomitante de ces deux substances chez certains jeunes individus n'est pas rare, ce qui amplifie bien entendu les effets nocifs et est à l'origine de nombreux accidents aux conséquences dramatiques.

Au delà des effets en termes de santé et des atteintes à la vie d'autrui que produisent ces comportements addictifs, les conséquences sociales sont loin d'être négligeables. Condamnations pénales, inscriptions au casier judiciaire et perte d'emploi sans compter les dommages collatéraux qu'elles produisent, en sont des exemples fréquents. Cette présentation a ainsi permis d'expliquer, grâce notamment aux échanges qui se sont instaurés, que la prévention, au travers du message diffusé par les personnels de cette unité auprès des scolaires, avait pour objectif de dissuader les jeunes de succomber à la tentation et de se laisser  séduire par un  message de banalisation qui tend malheureusement à se répandre.  

Le repas de cohésion qui a suivi, a suscité de nombreux questionnements, le sujet de la conférence ayant matière à débattre, notamment lorsque est abordée la délicate question de la dépénalisation de l'usage de certaines substances. Il a eu cependant,  compte tenu de la qualité de l'auditoire, le mérite de se dérouler dans une ambiance conviviale que chacun avait à cœur de faire régner, eu égard aux valeurs prônées par l'association.    

Actualités régionales