Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 326

 

Revue 326Mai 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

02-2003-19-173.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 836 invités et aucun membre en ligne

31 conference suicide association amis gendarmerieSujet particulièrement délicat qu'il convient d'aborder avec prudence, le suicide était le thème que le comité de Haute-Garonne avait choisi d'aborder le 17 novembre 2017 à l'Union, lors d'une conférence emmenée par une psychologue et des enquêteurs judiciaires spécialisés.

Brigitte BEC, fut la première à poser le problème en tant que psychologue et formatrice régionale dans le domaine de la prévention des crises suicidaires et comme intervenante dans les prisons. Après avoir donné quelques indications sur les  conséquences des suicides, qui font en France plus de 10 000 morts par an, soit 24 à 25 décès par jour, elle a poursuivi son exposé en abordant les facteurs pouvant influer sur le passage à l'acte et en analysant l'environnement des victimes de l'acte suicidaire. Ainsi furent évoqués, métiers à risque, tranche d'âge et sexe les plus concernés, régions de France les plus touchées, moyens utilisés pour parvenir à ses fins ainsi que les alertes comportementales pouvant servir d'indicateur à des crises suicidaires. Puis, elle concentra son propos sur le passage à l'acte, insistant sur le fait qu'il concernait la plupart du temps une personne en grande souffrance, pour laquelle l'acte d'autolyse était l'unique solution pour mettre un terme à sa souffrance.

Ce fut ensuite à deux enquêteurs spécialisés de la gendarmerie, les adjudants-chefs CARDONA et BARON, commandant respectivement les brigades de Fronton et de Launaguet, formés spécifiquement dans le domaine des suicides, qui abordèrent le sujet de la délicate et nécessaire enquête judiciaire ouverte à la suite d'un suicide, partant du principe qu'il convenait d'emblée de s'assurer qu'il ne s'agissait  pas d'un  homicide déguisé en suicide. Ils insistèrent notamment sur les mesures à prendre pour soutenir la famille particulièrement éprouvée, cherchant à tout prix des explications à ce geste incompris et dont certains membres auraient tendance naturellement  se culpabiliser. Cette conférence  permit aux membres de l'association présents, de mieux appréhender les difficultés auxquelles sont confrontés les gendarmes dans le cadre de  leurs enquêtes judiciaires, ainsi que les  conséquences qu'elles peuvent générer au plan humain. Elle a par ailleurs permis de mettre en exergue le difficile exercice du métier de gendarme, du fait des situations dramatiques qui se répètent tout au long de la carrière et qui ne peuvent laisser les personnels insensibles ou indifférents. Rappelons que 16 militaires de la gendarmerie se sont donné la mort depuis le début de l'année.

Actualités régionales