Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 326

 

Revue 326Mai 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

04-2003-05-086.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 101 invités et aucun membre en ligne

01 remonte association amis gendarmerieComme à l'accoutumée depuis plus de 20 ans, le régiment de cavalerie de la garde Républicaine est venu dans l'Ain pour choisir de nouveaux chevaux, ce que les cavaliers appellent "la remonte". Le 4 avril 2016, les Amis de la Gendarmerie de l'Ain étaient présents à Mézériat chez Bernard et Patrice RICHE, éleveurs.

Le colonel Alain PULIGNY et le vétérinaire en chef Olivier CARRETTE accompagnés de deux gradés expérimentés ont procédé à la sélection des candidats. Les critères sont très stricts en raison de la spécificité des missions du régiment. Il doit s'agir de chevaux de couleur franche, alezans, bais fauves ou bruns et parfois gris, âgés de trois à quatre ans et mesurant 1,65 m au garrot. Il est nécessaire qu’ils aient de bons aplombs, des articulations solides et de bons pieds, car ils vont travailler essentiellement sur du bitume et supporter des charges allant jusqu'à 130 kg pour les missions d'apparat. On leur demande également d’avoir un caractère calme, pour garantir la sécurité des interventions. Olivier CARRETTE précise : « je vérifie la conformité du cheval et procède à une rapide visite médicale. Puis le colonel, les gradés et moi le regardons marcher et trotter de face et de dos. Nous le lâchons ensuite en liberté dans un enclos pour voir son allure au galop et sa faculté à sauter des obstacles. »

Les chevaux ayant franchi cette présélection sont transportés vers le quartier des Célestins, à Paris, pour subir des examens vétérinaires approfondis, notamment radiographiques. Lorsque le bilan est concluant, le cheval est acheté entre 5 000€ et 6 000€ et envoyé au centre d'instruction de Saint-Germain-en-Laye. Dans le cas contraire, il retourne chez l'éleveur. Au final, un sur deux ou trois chevaux présélectionnés n'est pas retenu. Patrice RICHE est fier, car au moment de la visite, deux de ses candidats sont déjà retenus. Alain PULIGNY complète : « chaque année nous avons besoin d'environ quarante chevaux pour remplacer les chevaux réformés. Nous les recrutons dans toute la France. » Le département de l'Ain n'est donc pas seulement célèbre pour ses volailles et ses grenouilles !

Actualités régionales