Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 325

 

Revue 325Février 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

06-2003-01E-190.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 194 invités et aucun membre en ligne

ARMANTE JeremyGérant de la société Presse média communication, Jérémy ARMANTE marque son attachement à la gendarmerie en devenant membre mécène du comité de l’Aude

« Très attaché aux nombreuses valeurs humaines et républicaines que véhicule la Gendarmerie nationale, j’ai décidé de devenir membre mécène de l’association « les Amis de la Gendarmerie ». Cette association, par son sérieux, milite activement au rayonnement et à l’entretien d’un lien étroit entre la société civile et les militaires de la gendarmerie. Ces valeurs correspondent en tous points à mes engagements personnels, à soutenir les gendarmes. Ces derniers sont pour moi le dernier bastion de notre société et les défenseurs ardents  d’un « savoir-vivre » à la française qui nous rassemble toutes et tous. La gendarmerie et ses personnels ont une grande part d’histoire, de ce qui fait la France que nous aimons. Il est important que chaque civil s’engage derrière nos gendarmes pour défendre nos valeurs, et les aide à sa façon, afin de conserver une gendarmerie forte et présente sur l’ensemble du territoire national et rester au plus proche de nos concitoyens. »

66 LatourLe jeudi 18 avril 2019, les membres du bureau du comité des Pyrénées-Orientales ont délocalisé leur réunion mensuelle à la brigade de Latour-de-France. Ce fut une belle occasion de resserrer les liens entre les adhérents des Amis de la Gendarmerie et les gendarmes d’active.

Situé dans la vallée de l'Agly, ce village était appelé simplement La Tor ou bien encore La Tode Fenolledès. En 1258, le traité de Corbeil fixa la frontière du royaume de France et de celui d'Aragon à proximité du village. À partir de ce moment, les Catalans commencèrent à appeler ce village La Tor de França, nom qui est passé au français et qui a été conservé depuis, même après le traité des Pyrénées rattachant le Roussillon à la France. Afin de resserrer les liens entre l'association et les militaires d'active, quelques réunions mensuelles sont, chaque année, délocalisées par le comité.

Cette fois-ci, la brigade de Latour-de-France fut proposée comme lieu d’accueil par le délégué de proximité Philippe CHOMETTE qui fut en charge de toutes les modalités de détails. C'est ainsi qu'une dizaine de membres des Amis de la Gendarmerie furent accueillis par l'adjudant-chef Vincent KAISER, commandant de la brigade, entouré des sous-officiers et gendarmes adjoints volontaires présents. Pendant le petit déjeuner partagé avec nos camarades d’active, le général (2e S) Christian LAGARDE, put présenter aux personnels présents, l'objet et les objectifs de l'association. Ce moment de convivialité avant la réunion de travail permit à tous de faire connaissance et d'échanger sur des valeurs communément partagées. A l'issue de la réunion du bureau du comité qui se teint dans une salle mise à leur disposition, un verre de l'amitié fut offert par la brigade. Cette rencontre se conclut par un repas fort agréable pris en compagnie du commandant de brigade, dans un restaurant typique du village.

11 ordiLe 18 avril 2019, le lieutenant-colonel (er) Jean-Luc RUGA, président du comité de l'Aude, remettait un ordinateur à la majore LAGASSE, commandante de la brigade de proximité de GINESTAS. Cet ordinateur destiné aux deux correspondants nouvelles technologies (CN'TECH), doit contribuer à lutter contre les cybercriminels.

Ainsi, comme le souligna le capitaine (TA) Pierre LEMMET, commandant de la compagnie de NARBONNE, lors de cette visite des Amis de la Gendarmerie de l’Aude, ce matériel hors programme de dotation, permettra de s'engager encore plus dans la lutte contre la cybercriminalité, de démasquer les cyberdélinquants et de participer à la prévention des jeunes et des moins jeunes concernant les dangers de la toile.

La gendarmerie s'est engagée ces dernières années dans la lutte contre les nouvelles formes de criminalité, en rapport notamment avec l'utilisation de l'Internet. Cette nouvelle typologie de crimes et de délits a nécessité la mise en place, au niveau central et territorial, de gendarmes bénéficiant d’une formation spécifique. La réussite dans la montée en puissance de ces unités conditionne grandement la capacité générale de la gendarmerie en matière de cybercriminalité, à remplir avec efficacité et synergie sa mission à tous les échelons. Cette remise de matériel concrétise le soutien que le comité de l'Aude veut apporter aux gendarmes du département.

11 camera limouxLe 23 mars 2019, journée de cérémonie en hommage aux morts de Trèbes, le lieutenant-colonel (er) Jean-Luc RUGA, président du comité de l'Aude remettait au chef d'escadron Marie-Isabelle SERROR, commandant la compagnie de LIMOUX une caméra-piéton.

Cette caméra mobile ou encore appelée caméra d'intervention d'enregistrement vidéo et sonore, attachée à la poitrine ou à l'épaule des gendarmes, sera utilisée pour enregistrer les interactions avec le public, voire des scènes de délits ou de crime. Cette caméra était fortement souhaitée par les personnels du peloton de surveillance de gendarmerie de Limoux. Le chef d'escadron SERROR  a justement souligné que cette caméra permettra de limiter les faits d'outrage et rébellion lors d'interpellations difficiles, mais aussi pour protéger les personnels d'éventuels abus.

Cette remise de matériel concrétise le soutien que le comité de l'Aude veut apporter aux gendarmes du département. L’augmentation des adhérents, notamment membres bienfaiteurs, ainsi que l’arrivée de deux membres mécènes, laissent augurer de belles capacités de soutien pour l’avenir de ce comité.

66 jumelagePar une belle journée ensoleillée, le mardi 12 mars 2019, le comité des Pyrénées-Orientales s'est réuni avec l'association homologue espagnole dans le cadre prestigieux d’un château à Figuéras,  pour la signature d'une charte à caractère historique.

La charte de jumelage international entre d'une part, la délégation territoriale de la Real Hermandad de Veteranos de las Fuerzas Armadas y de la Guardia Civil de l'Alt Empordà en Catalogne (Espagne) et d'autre part, Les Amis de la Gendarmerie des Pyrénées-Orientales (France), a été signée le mardi 12 mars 2019 à midi. Désignés par leurs présidents nationaux respectifs, le président Juan Romero CONTRERAS et le général (2s) Christian LAGARDE, se sont bien volontiers prêtés avec autant de plaisir que de satisfaction à la solennelle et néanmoins sympathique cérémonie des signatures de la charte de jumelage des deux associations. Ce document élaboré, travaillé, affiné dans les deux langues au cours d'échanges assidus ayant nécessité plus d'une année d'études, pourrait bien faire date. Pour ce faire, cet événement méritait un décor adapté et symbolique, témoignant de l'amitié recouvrée depuis plus de deux siècles entre deux grandes et influentes nations européennes. C'est donc sans la moindre hésitation de part et d'autre de la frontière que fut choisi le Castell de Sant Ferran à Figueres. Il s'agit de la plus grande forteresse à bastions du XVIIIe siècle en Europe et du plus grand monument de Catalogne. Il s'étend en effet sur 32 hectares et fut bâti en 1751 sous Fernando VI. Cette « place royale » était destinée à empêcher l'invasion des troupes françaises, tant redoutées. Elle abritait cinq bataillons d'infanterie et cinq escadrons de cavalerie pour un total de 6  000 hommes et 500 chevaux et était en mesure de supporter un siège de plus de six mois !

La délégation française, conduite par son président et composée pour la grande majorité des membres du comité, fut comme à l'accoutumée accueillie avec une exquise courtoisie dans la cour d'honneur de la forteresse. Les allocutions des deux présidents, traduites instantanément pour une assistance de soixante personnes environ par notre adhérent polyglotte Pierre IGLESIAS, ainsi que les remises de cadeaux,  précédèrent  dans la belle chapelle du castell,  l'instant très attendu des signatures. Animées de leurs intentions respectives de faire rayonner leurs institutions militaires au travers  de leurs plus anciennes traditions, les deux associations ont pris l’engagement, dans le respect des relations établies, de  respecter :. le maintien de liens permanents de part et d'autre des Pyrénées, afin de dialoguer et d'échanger les expériences et les spécificités culturelles ; la mise en œuvre de toute action conjointe susceptible de contribuer à l’enrichissement mutuel  sur l'ensemble des domaines relevant des engagements de chacun ; l'encouragement et le soutien de tout échange entre les adhérents pour développer, par une meilleure compréhension mutuelle et une coopération efficace, le sentiment vivant de fraternité ; l'observation des règles communes de l'hospitalité, dans le respect des diversités, dans un climat de confiance et dans un esprit de solidarité ; la garantie à toute personne adhérente de pouvoir participer aux échanges entre les deux associations sans discrimination de quelque nature que ce soit.

Comme il se doit, il n'est de bonne entente qui ne se célèbre autour d'une bonne table et la charte s'est gardée d'y déroger. En forme de clin d'œil, l'établissement de restauration qui accueillit la soixantaine de représentants des deux associations, est situé au nord de Figuères, au bord de la « route de France ». Au dessert, une aimable surprise attendait les commensaux, tous les plats étaient ornés de petits drapeaux de nos deux pays et une salve d'applaudissements les accueillit.

Actualités régionales