Les Amis de la Gendarmerie

45 Boulevard Vincent Auriol - 75013 PARIS - Tél. 01 45 83 71 49 - Siret 78485677500035

Revue n° 326

 

Revue 326Mai 2019

Vidéo gendarmerie n° 1

1GD

Vidéo gendarmerie n° 2

2GM

Vidéo gendarmerie n° 3

Gendarmerie maritime

Vidéo gendarmerie n° 4

Forces aériennes de gendarmerie

Vidéo Association n°1

Présentation Association

Vidéo Association n°2

Adhésion à l'Association des Amis de la Gendarmerie

01-06-53-32.jpg

Qui est en ligne ?

Nous avons 88 invités et aucun membre en ligne

66 jumelagePar une belle journée ensoleillée, le mardi 12 mars 2019, le comité des Pyrénées-Orientales s'est réuni avec l'association homologue espagnole dans le cadre prestigieux d’un château à Figuéras,  pour la signature d'une charte à caractère historique.

La charte de jumelage international entre d'une part, la délégation territoriale de la Real Hermandad de Veteranos de las Fuerzas Armadas y de la Guardia Civil de l'Alt Empordà en Catalogne (Espagne) et d'autre part, Les Amis de la Gendarmerie des Pyrénées-Orientales (France), a été signée le mardi 12 mars 2019 à midi. Désignés par leurs présidents nationaux respectifs, le président Juan Romero CONTRERAS et le général (2s) Christian LAGARDE, se sont bien volontiers prêtés avec autant de plaisir que de satisfaction à la solennelle et néanmoins sympathique cérémonie des signatures de la charte de jumelage des deux associations. Ce document élaboré, travaillé, affiné dans les deux langues au cours d'échanges assidus ayant nécessité plus d'une année d'études, pourrait bien faire date. Pour ce faire, cet événement méritait un décor adapté et symbolique, témoignant de l'amitié recouvrée depuis plus de deux siècles entre deux grandes et influentes nations européennes. C'est donc sans la moindre hésitation de part et d'autre de la frontière que fut choisi le Castell de Sant Ferran à Figueres. Il s'agit de la plus grande forteresse à bastions du XVIIIe siècle en Europe et du plus grand monument de Catalogne. Il s'étend en effet sur 32 hectares et fut bâti en 1751 sous Fernando VI. Cette « place royale » était destinée à empêcher l'invasion des troupes françaises, tant redoutées. Elle abritait cinq bataillons d'infanterie et cinq escadrons de cavalerie pour un total de 6  000 hommes et 500 chevaux et était en mesure de supporter un siège de plus de six mois !

La délégation française, conduite par son président et composée pour la grande majorité des membres du comité, fut comme à l'accoutumée accueillie avec une exquise courtoisie dans la cour d'honneur de la forteresse. Les allocutions des deux présidents, traduites instantanément pour une assistance de soixante personnes environ par notre adhérent polyglotte Pierre IGLESIAS, ainsi que les remises de cadeaux,  précédèrent  dans la belle chapelle du castell,  l'instant très attendu des signatures. Animées de leurs intentions respectives de faire rayonner leurs institutions militaires au travers  de leurs plus anciennes traditions, les deux associations ont pris l’engagement, dans le respect des relations établies, de  respecter :. le maintien de liens permanents de part et d'autre des Pyrénées, afin de dialoguer et d'échanger les expériences et les spécificités culturelles ; la mise en œuvre de toute action conjointe susceptible de contribuer à l’enrichissement mutuel  sur l'ensemble des domaines relevant des engagements de chacun ; l'encouragement et le soutien de tout échange entre les adhérents pour développer, par une meilleure compréhension mutuelle et une coopération efficace, le sentiment vivant de fraternité ; l'observation des règles communes de l'hospitalité, dans le respect des diversités, dans un climat de confiance et dans un esprit de solidarité ; la garantie à toute personne adhérente de pouvoir participer aux échanges entre les deux associations sans discrimination de quelque nature que ce soit.

Comme il se doit, il n'est de bonne entente qui ne se célèbre autour d'une bonne table et la charte s'est gardée d'y déroger. En forme de clin d'œil, l'établissement de restauration qui accueillit la soixantaine de représentants des deux associations, est situé au nord de Figuères, au bord de la « route de France ». Au dessert, une aimable surprise attendait les commensaux, tous les plats étaient ornés de petits drapeaux de nos deux pays et une salve d'applaudissements les accueillit.

66 MesseÀ l’invitation de leurs homologues ibères, les Amis de la Gendarmerie du comité des Pyrénées-Orientales ont participé, le 10 avril 2019, à la fête du saint patron des retraités militaires espagnols.

Dans le cadre du jumelage récent, répondant à l'invitation du président de l'association des retraités « Veteranos » des forces armées et de la garde civile, une délégation des Amis de la Gendarmerie des Pyrénées-Orientales s'est rendue à Figuéres en Espagne. C'était à l'occasion de la célébration du saint patron des « Vétéranos », Saint Hermenegildo qui fut canonisé par le Pape Sixte Quint au XVIe siècle.

Le comité des Pyrénées-Orientales, emmené par son président, accompagné par Pierre IGLESIAS l'hispanisant interprète du bureau et de quelques collaborateurs, dont la dynamique Liliane PAGNEZ, a participé à l'office religieux en présence des militaires d'active et retraités de toutes les armées. Cette cérémonie religieuse a été célébrée avec beaucoup de dévotion et d'émotion par un jeune aumônier militaire qui au cours de son homélie, a loué l'apport de l'expérience et de la sagesse des vétérans dans la société. La cérémonie religieuse fut conclue par l'hymne émouvant des vétérans « Centinela ».

Ce moment de recueillement et de communion fut suivi d'un vin d'honneur qui a permis d'échanger avec les différents représentants militaires espagnols et de faire connaître l'organisation et les objectifs des Amis de la Gendarmerie. Cette rencontre très enrichissante concrétise le jumelage avec l'association « la hermandad de las fuerzas armadas y de la guardia civil » dont la structure et le fonctionnement sont très proches de la nôtre.

66 jumelagePar une belle journée ensoleillée, le mardi 12 mars 2019, le comité des Pyrénées-Orientales s'est réuni avec l'association homologue espagnole dans le cadre prestigieux d’un château à Figuéras,  pour la signature d'une charte à caractère historique.

La charte de jumelage international entre d'une part, la délégation territoriale de la Real Hermandad de Veteranos de las Fuerzas Armadas y de la Guardia Civil de l'Alt Empordà en Catalogne (Espagne) et d'autre part, Les Amis de la Gendarmerie des Pyrénées-Orientales (France), a été signée le mardi 12 mars 2019 à midi. Désignés par leurs présidents nationaux respectifs, le président Juan Romero CONTRERAS et le général (2s) Christian LAGARDE, se sont bien volontiers prêtés avec autant de plaisir que de satisfaction à la solennelle et néanmoins sympathique cérémonie des signatures de la charte de jumelage des deux associations. Ce document élaboré, travaillé, affiné dans les deux langues au cours d'échanges assidus ayant nécessité plus d'une année d'études, pourrait bien faire date. Pour ce faire, cet événement méritait un décor adapté et symbolique, témoignant de l'amitié recouvrée depuis plus de deux siècles entre deux grandes et influentes nations européennes. C'est donc sans la moindre hésitation de part et d'autre de la frontière que fut choisi le Castell de Sant Ferran à Figueres. Il s'agit de la plus grande forteresse à bastions du XVIIIe siècle en Europe et du plus grand monument de Catalogne. Il s'étend en effet sur 32 hectares et fut bâti en 1751 sous Fernando VI. Cette « place royale » était destinée à empêcher l'invasion des troupes françaises, tant redoutées. Elle abritait cinq bataillons d'infanterie et cinq escadrons de cavalerie pour un total de 6  000 hommes et 500 chevaux et était en mesure de supporter un siège de plus de six mois !

La délégation française, conduite par son président et composée pour la grande majorité des membres du comité, fut comme à l'accoutumée accueillie avec une exquise courtoisie dans la cour d'honneur de la forteresse. Les allocutions des deux présidents, traduites instantanément pour une assistance de soixante personnes environ par notre adhérent polyglotte Pierre IGLESIAS, ainsi que les remises de cadeaux,  précédèrent  dans la belle chapelle du castell,  l'instant très attendu des signatures. Animées de leurs intentions respectives de faire rayonner leurs institutions militaires au travers  de leurs plus anciennes traditions, les deux associations ont pris l’engagement, dans le respect des relations établies, de  respecter :. le maintien de liens permanents de part et d'autre des Pyrénées, afin de dialoguer et d'échanger les expériences et les spécificités culturelles ; la mise en œuvre de toute action conjointe susceptible de contribuer à l’enrichissement mutuel  sur l'ensemble des domaines relevant des engagements de chacun ; l'encouragement et le soutien de tout échange entre les adhérents pour développer, par une meilleure compréhension mutuelle et une coopération efficace, le sentiment vivant de fraternité ; l'observation des règles communes de l'hospitalité, dans le respect des diversités, dans un climat de confiance et dans un esprit de solidarité ; la garantie à toute personne adhérente de pouvoir participer aux échanges entre les deux associations sans discrimination de quelque nature que ce soit.

Comme il se doit, il n'est de bonne entente qui ne se célèbre autour d'une bonne table et la charte s'est gardée d'y déroger. En forme de clin d'œil, l'établissement de restauration qui accueillit la soixantaine de représentants des deux associations, est situé au nord de Figuères, au bord de la « route de France ». Au dessert, une aimable surprise attendait les commensaux, tous les plats étaient ornés de petits drapeaux de nos deux pays et une salve d'applaudissements les accueillit.

11 camera limouxLe 23 mars 2019, journée de cérémonie en hommage aux morts de Trèbes, le lieutenant-colonel (er) Jean-Luc RUGA, président du comité de l'Aude remettait au chef d'escadron Marie-Isabelle SERROR, commandant la compagnie de LIMOUX une caméra-piéton.

Cette caméra mobile ou encore appelée caméra d'intervention d'enregistrement vidéo et sonore, attachée à la poitrine ou à l'épaule des gendarmes, sera utilisée pour enregistrer les interactions avec le public, voire des scènes de délits ou de crime. Cette caméra était fortement souhaitée par les personnels du peloton de surveillance de gendarmerie de Limoux. Le chef d'escadron SERROR  a justement souligné que cette caméra permettra de limiter les faits d'outrage et rébellion lors d'interpellations difficiles, mais aussi pour protéger les personnels d'éventuels abus.

Cette remise de matériel concrétise le soutien que le comité de l'Aude veut apporter aux gendarmes du département. L’augmentation des adhérents, notamment membres bienfaiteurs, ainsi que l’arrivée de deux membres mécènes, laissent augurer de belles capacités de soutien pour l’avenir de ce comité.

34 conferenceEn 1907, la révolte des vignerons du Languedoc-Roussillon fit trembler la République et l’unité nationale. Tel était le thème de cette première conférence conjointe qui eut lieu le vendredi 22 mars 2019, à l’amphithéâtre colonel Arnaud BELTRAME. Le président du musée de la gendarmerie en personne animait cette conférence passionnante.

À cette occasion, les organisateurs firent appel au colonel Jean-Louis SALVADOR (er), officier retraité de l’Arme, lequel a effectué la majorité de sa carrière au sein du régiment de cavalerie de la garde républicaine. Aujourd’hui, devenu président du musée de la gendarmerie nationale, implanté à l’École des officiers de la gendarmerie nationale à Melun, il intervient régulièrement à l’occasion de colloques traitant de l’histoire de la gendarmerie ou de l’emploi des chevaux militaires. Ce thème, développé durant plus d’une heure par cet officier, passionna l’auditoire qui comprenait de nombreux habitants de la région, terre de viticulture depuis des siècles et réputée pour la diversité des ses cépages. Le sujet traitait du profond marasme économique qui affecta la viticulture du département et celle du Languedoc-Roussillon plus généralement, au début des années 1900 et ce en raison de plusieurs facteurs concomitants tels que la surproduction, la concurrence des vins d’Algérie et la propagation du phylloxéra.

En 1907, la crise est bien ancrée et les manifestations se multiplient dans tout le Languedoc. Le 9 juin 1907, une foule estimée à un million de personnes manifeste à Montpellier et tout le département de l’Hérault est agité par les manifestations vigneronnes, qu’il s’agisse des principales villes, comme Sète, Béziers, Lodève, Montpellier, ou des villages comme Paulhan, Mudaison, ou Clermont-l’Hérault. La conférence  suscita de nombreuses questions de la part de la soixantaine de participants qui se retrouvèrent ensuite devant le verre de l’amitié, où ils purent continuer à échanger avec le conférencier. Face au succès que connut cette première rencontre, le président du comité et les membres du bureau songent déjà à l’organisation d’une prochaine conférence, en partenariat avec l’état-major de la gendarmerie de Montpellier, qu’ils remercient vivement pour son accueil chaleureux et pour la mise à disposition des locaux de la gendarmerie pour y accueillir le public convié.

Actualités régionales